coeur_rose Toi mon ami qui ne pense pas comme moi, je sais accueillir ton avis

Et de toutes tes facéties je ne prends pas ombrage

Toi mon voisin malheureux qui m’arrête dans la rue pour me parler

Je sais t’écouter même quand tu me fais perdre mon temps

Toi l’étranger, toi mon frère, toi qui de la bouche outrage

J’estime que c’est à moi de faire le premier pas

Et quand tu me regardes avec ton œil d’enfant

Un sourire, une main offerte sont alors plus forts qu’une arme

Etre différents n’est pas un danger, mais une richesse, un présent

Car ce qui rassemble les hommes est meilleur que ce qui les divise

Je regarde l’autre avec amour, je préfère l’espérance au soupçon

Je peux me réjouir de la joie de mon prochain comme de mon lointain

L’injustice me révolte d’une juste colère, même quand elle frappe un autre que moi

Je peux te donner de mon pain, de mes pensées, de mon temps avec amour

Toi mon ennemi, toi mon cœur, je préfère te pardonner que me venger

Toi le guerrier qui m’attaque, mieux vaut mourir plutôt que d’avoir à te tuer

Toi la femme, ma précieuse compassion, ton amour m’inonde

Et déborde de moi en de nombreux filets qui deviennent ruisseaux

Ta tendresse, ta douceur envahissent tes fils dans le monde

Il se prennent par la main, s’entraident et s’écoutent gentiment

Car tu leur as appris qu’aimer est le plus important des cadeaux

Tu leur as enseigné la féminité, la délicatesse et le raffinement

Tu leur as expliqué que l’adulte donne quand l’enfant reçoit

Toi qui lis ces mots, si tu penses comme moi alors la paix viendra